Recommandations

Voici un guide synthétique des recommandations qui ont été développées, comprenant les positions des chercheurs cités dans le livre.

  • Élaborer des chartes des valeurs défendues par les directions, état-majors et syndicats.
  • Élaborer un code de déontologie par les directions, état-majors et syndicats.
  • Déterminer la maturité en réflexions critiques des ressources humaines.
  • Distinguer les actes à caractères racistes et les actes discriminatoires.
  • Établir les critères des deux formes discriminatoires : étroites (négatives) et objectifs.
  • Initier dans les institutions des méthodes pour perfectionner le devoir de rendre compte et de réparation.
  • Différencier les plaintes des demandes de rendre des comptes. Un citoyen peut faire état d’une situation, demander des explications ou des excuses (médiation), sans devoir nécessairement passer par la justice et sans qu’il soit accusé de diffamations. Des procédures facilitées doivent être mises en place.
  • Établir des grilles de lecture des incidents critiques :
    1. L’intervention répond-elle à la mission et a-t-elle été contextualisée ?
    2. L’agent d’État a-t-il agit selon les critères institutionnelles, a-t-il respecté les procédures administratives et déontologiques ?
    3. Les indices (profiling) étaient-ils suffisants ?
  • Établir des grilles d’analyses critiques :
    1. Pourquoi l’agent est-il intervenu de la sorte ?
    2. Pourquoi a-t-il privilégié cette action plutôt qu’une autre ?
    3. Qu’avait-il comme autres moyens pour intervenir ?
    4. A-t-il déjà été confronté à ce type d’action ?
    5. Quelles ont été les instructions ?
    6. Était-il encadré dans son action ?
    7. A-t-il été confronté à ce type d’action lors de formations continues ?
  • Outiller les cadres intermédiaires pour :
    1. Repérer les mécanismes de défenses et menaces à l’identité professionnelle.
    2. Initier et encadrer des périodes de retours sur expériences.
    3. Être en mesure de comprendre les mécanismes de : représentations, dérives discriminatoires, coercitions et sélections des tâches.
  • Mettre en place un dispositif de formation de base au processus d’apprentissage suivant :
    1. État et bureaucratie.
    2. Contexte local et citoyenneté.
    3. Contexte européen et international.
    4. Enjeux migratoires et accueil des populations migrantes.
    5. Droits de l’homme
    6. Éthique professionnelle.
  • Mettre en place un dispositif de formation continue au processus pédagogique qui intègre le :
    1. Travail des scénarios attendus.
    2. Travail sur les représentations.
    3. L’évaluation de la posture identitaire et le rapport à la pratique.
    4. Réflexe d’analyses critiques.
  • Mettre en place un dispositif d’évaluation des dispositifs de formation.
  • Établir des espaces de négociations intra institutionnelles de processus expérientiels.
  • Initier des partenariats institutionnels et associatifs pour :
    1. Établir des liens entre le personnel concerné et les communautés étrangères.
    2. Identifier les difficultés d’adaptation et d’intégration relatives au déracinement et à la migration.
    3. Identifier les difficultés et les questionnements au niveau des pratiques policières en milieu pluriculturel.
    4. Sensibiliser les personnes immigrées aux règles civiles de la population d’accueil.
    5. Sensibiliser et former la police aux réalités et aux mutations de la société pluriculturelle, ainsi qu’à l’adaptation des pratiques à ces réalités.
    6. Faire participer les communautés aux différents programmes de prévention mis en place par la police.
    7. Recenser les problématiques, analyser et élaborer des stratégies d’intervention et de médiation.
    8. Resituer les populations, leurs difficultés et les modalités de réponses des institutions en dehors de toute catégorisation des immigrés, réduite à une qualification d’« Autres culturels ».
    9. Reconnaître la singularité des trajectoires migratoires, des parcours de vie, les statuts variés des immigrés et leurs conditions de vie.
    10. Déconstruire les modes de désignation pour se distancier des processus de stigmatisation subis par les groupes minorisés.
    11. Connaître les processus de discriminations et de racisation dont ils sont parfois les victimes.
    12. Travailler sur la mise en œuvre de stratégies adaptées où l’immigré est reconnu comme sujet porteur de changement et de potentialités dans un contexte interculturel lui-même envisagé comme un espace dynamique et non pas seulement comme un lieu de conflits de normes et de valeurs.

Pour terminer, il faut évaluer trois axes :

  • La posture et attitudes de l’agent d’État sur les rôles du service public et les valeurs défendues dans un État de droits.
  • Les compétences des cadres intermédiaires à promouvoir les postures et attitudes des agents d’État.
  • Les qualités du management des cadres supérieurs en analyse d’incidents critiques.