31
mai
2017

Los Angeles

Vous allez rire, oui, je vous avais promis San Francisco, et je me retrouve à Los Angeles. Quid ! Je n’ai pas eu vraiment le choix, sinon je perdais un temps fou, et moi le temps, je cours après. Bref, pas d’importances puisque L.A. a été l’une des destinations de Kerouac : « Quelles nuits brutales, violentes c’étaient. De ma vie je ne me suis senti aussi triste. L.A est la plus foisonnante en solitude et en brutalité des villes américaines; New York a quelque chose de foutrement glacé en hivers mais on y sent comme une exaltation chaleureuse dans centaines rues. L.A. est une jungle. »

Premier contact. Un motel années cinquante sur Beverly blvd. Le réceptionniste me balance quelques mots, un chewing-gum dans la bouche. Je comprends que dalle, si ce n’est qu’il s’appelle Bobby. Californien. Gay. Bronzé. Cheveux peroxydés. Bienvenue sur la côte Ouest !

Je jette mon sac sur un lit double. Je suis seul. Je n’ai pas beaucoup de dollars. Il n’est pas impossible de voyager avec très peu d’argent. Même si pour un type comme moi, né à Genève, peu d’argent est déjà une fortune aux yeux des bougres que je rencontre sur la route.

Los Angeles est la deuxième ville des États-Unis après New York. Ce qui me frappe d’entrée c’est ce sentiment qu’ici tous sont immigrés : Mexicains, Japonais, Chinois. Los Angeles est colorée. Je découvre dans les textes de mon ami Kerouac une certaine prudence, quant à ce qu’est L.A. Le paysage reste urbain. Pourtant au bout de Santa Monica blvd c’est la Pacifique. J’observe l’horizon et ressens des chatouillements dans les jambes me disant que là-bas c’est le Japon. Pour l’instant je me concentre sur les States.

Je me renseigne pour les Greyhound en direction de San Francisco. Je ne suis pas ici pour les vacances. J’ai des textes à pondre, des découvertes à découvrir, des gens à rencontrer, des observations à transmettre à ceux qui parfois ne peuvent pas voyager. Ben voilà, Jose Luis, latino ultra tatoué, les muscles bombés à l’hélium. Il y a sa copine, latino, gonflées elle aussi des lèvres aux fesses, qu’elle a rondes comme des ballons. Je suis à Venice Beach. J’ai la sensation de me balader avec des poupées gonflables. Jose Luis est du genre sympathique. Il me renseigne sur les bons plans pour remonter sur SF, soit par la côte, soit les terres en passant par Bakersfield. Tiens, Bakersfield a été l’un des passages de Kerouac. Ça me tente !

Je demande à mon couple bodybuildé si Kerouac leur évoque quelque chose, ou alors les beatniks et tout le toutime. Ils me regardent. Réfléchissent. Me demandent si Kerouac est un surfer. Je laisse tomber. Je prends la route. Huit heures que je roule sur la Pacifique 1 qui longe la côte. Le bus est confortable. Pas comparable aux transports vietnamiens dont je vous ai rendu compte. Je discute avec Dean, vétéran d’Irak, la gueule un peu fracassée, mais drôle. Il en sait que dalle sur Kerouac. Décidément ! Je fais le choix de m’arrêter à Morro Bay. Trouve une chambre pour quelques dollars. Et là mes enfants je découvre un port de pêche, une marina magnifique, des otaries survolées par des goélands et des pélicans, par centaines. Je prends le temps de ne rien faire. Alors fumer un cigarillo et boire une bière en contemplant le coucher du soleil sur l’océan lisse comme un miroir. Je passe 24 heures dans cette ambiance et découvre qu’ici même, les pieds dans l’eau, l’américain ne mange que hamburgers et hot-dogs. Certes préparé de toutes les façons possibles, mais ça reste : hamburgers et hot-dogs…

Je retrouve la route et me fixe comme objectif Big Sur. Kerouac a écrit une histoire de cinglé qui vient se ressourcer dans la forêt. Six heures de route et je suis déposé dans un motel entouré de végétation forestière. Dans ma chambre des livres : Henry Miller, Jack Kerouac, Carl Jung… Enfin m’y voilà ! D’ailleurs un type, que j’évalue avoir une soixantaine d’années, pas clair, cheveux long, yeux brillants, desséché comme un hareng, une dentition inexistante, m’observe par la fenêtre en me faisant signe de le rejoindre…

Los_angeles_01
Los_angeles_02
Los_angeles_03
Los_angeles_04
Los_angeles_05
Los_angeles_06