23
mai
2017

Tribune de Genève

Le policier et l’écrivain Yves Patrick Delachaux sort un ouvrage de réflexions sur le racisme

Il publie son troisième livre: «Présumé non coupable, des flics contre le racisme».

Valérie Duby

Tribune de Genève

Il voit son livre «comme un acte de résistance». Après «Flic de quartier» et «Flic à Bangkok», Yves Patrick Delachaux, 41 ans, publie «Présumé non coupable, des flics contre le racisme».

Policier depuis quinze ans, Yves Patrick Delachaux – pilote de programmes d’éthique et droits de l’homme à la police genevoise – constate que bon nombre de ses collègues ont été accusés de racisme. Parfois à tort, parfois à raison.
«Les transformations sociales que nous connaissons en Europe sont une richesse et non une menace», estime le policer qui, il le dit, a peur lorsqu’il entend des hommes politiques proposer le renvoi collectif de personnes dans leur pays… «Moi flic, qu’est-ce que je fais avec ça? Soit j’adhère, soit je me soumets, soit je résiste. J’ai choisi de résister pour montrer que la police défend avant tout des valeurs humaines.»

Pour son troisième bouquin, Yves Patrick Delachaux n’a pas choisi la voie du roman. Il propose une série de réflexions sur la problématique des discriminations dans les corps de police et, plus largement, sur les nouveaux enjeux pour les métiers de la sécurité dans un Etat de droit. «La marge du policer est immense. C’est la raison pour laquelle il doit se sentir encadré par des ressources humaines intégrant un nouveau management et de nouvelles stratégies de conduite».

«Présumé non coupable, des flics contre le racisme» livre des pistes de formation et de résolutions de conflits applicables à toutes les polices européennes. «La hiérarchie de la police me soutient», s’enthousiasme le policer.

Actuellement en tournée promotionnelle pour son livre Yves Patrick Delachaux reprendra bientôt son travail à la police genevoise. Il a déjà commencé son quatrième ouvrage, dont l’action se passe à Paris et dans les banlieues.