Grave panique

Le 93 sous le feu des Triades…

Par Joel Jégouzo

Grave paniqueParis, 18e arrondissement, Place de Clichy. Appel général: une BM à serrer. Europol sur les dents, à suivre à la trace la filière de la traite des êtres humains, les Chinois dans le collimateur, cette nouvelle mafia international qui vient de mondialiser le crime en lui donnant un tour particulièrement sévère. Ils sont partout. S’implantent partout, y compris dans les banlieues françaises, où les caïds ne font pas le poids, le savent et se contentent des restes, la dope et quelques trafics coutumiers. Flah-balls, Shit City. En pleine convulsion des banlieues. La hiérarchie policière muselée par les politiques, ne songe qu’à équiper ses flics d’armes nouvelles et casser toute proximité entre ses hommes et le terrain, pour y maintenir l’insécurité que les politiques pourront exploiter ensuite sans vergogne. Plongé dans ce vaste foutoir, le narrateur file amèrement sa dernière enquête. Récit plus que roman, journal de bord d’un flic amer qui observe le délitement d’une société à laquelle on refuse sa détresse. Planques, écoutes, interpellations musclées, avec le stress pour seule prime, au cœur de l’organisation mafieuse des Chinois du 93. La Courneuve, la barre des 4.000. Des identités bancales, petites frappes prises au piège d’une réalité qui les dépasse. La banlieue s’enflamme. Le roman se fait document. Des populations entières passent devant le tribunal de Bobigny en comparution immédiate. La France s’exténue. Rien n’y fonctionne plus, ni la police, ni la justice. Un document écrit avec conviction en phrases simples, courtes, romanesque si l’on peut dire, avec la construction de ses personnages distribuant le drame social des banlieues, et dont le plus convaincant reste bien sûr celui du flic désabusé.

Quatrième de couverture

«Grave Panique» est la véritable histoire de l’une des missions du policier Delachaux. Patrick, policier suisse dépêché par Europol, se trouve en Seine-Saint-Denis, département 93, dans la couronne parisienne. Il mène l’enquête au cœur d’organisations mafieuses chinoises, mais les circonstances vont le rendre témoin du fossé qui se creuse entre la police française et la population, particulièrement en banlieues. Patrick plonge dans l’univers des bandes de jeunes et de celui d’un commissariat. Son constat est rude: son métier de flic de quartier disparaît pour ne laisser place qu’au seul maintien de l’ordre par une police qui se comporte à ses yeux comme une armée d’occupation. Après Genève et Bangkok, Patrick Delachaux se trouve dans une France secouée par les émeutes. Que se passe-t-il en France ? Nous découvrons les défis devant lesquels se trouvent deux jeunes filles qui doivent trouveer la force de rester en vie. Pour l’une d’elle les études, pour l’autre l’amour d’un jeune policier français, stigmatisé pour les traits de son visage qui rappellent de lointaines origines magrébines. Les défis de Djamel et de Kader deux jeunes hommes qui luttent à leur manière pour exister.

Une histoire de flics, écrite par un flic, inspirée par les défis que doivent relever aujourd’hui les polices d’Europe.

Ecouter «Le Mag» sur RJB